Les retours volontaires en augmentation

Avec 4.267 personnes retournées en 2016, la hausse des retours volontaires se poursuit, et plus particulièrement pour l’Irak et l’Afghanistan. 

En 2016, 4.267 personnes sont retournées dans leur pays d’origine via le programme de retour volontaire, soit un peu plus que l’année précédente (4.053 personnes en 2015, soit une augmentation de 5%). Près de la moitié d’entre eux ont pu bénéficier d’un soutien pour se réintégrer dans leur pays d’origine, accompagnées en cela par les partenaires locaux de Caritas International et de l’Organisation internationale pour les Migrations. 

Nombreux retours vers l’Irak et l’Afghanistan

Depuis 2015, l’Irak est le premier pays de destination, représentant 1 retour volontaire sur 4. Il s’agit généralement de demandeurs d’asile. Le programme de retour volontaire s’adresse en effet tant aux demandeurs d’asile (en procédure ou déboutés) qu’aux migrants irréguliers qui n’ont jamais demandé l’asile en Belgique.

2016 a aussi connu une augmentation des retours vers l’Afghanistan, ainsi que vers l’Ukraine, la Roumanie, la Mongolie et l’Albanie. Les retours vers la Russie, première destination en 2013, sont par contre en diminution depuis les trois dernières années.

Une grande partie des retours sont le fait de personnes seules (il s’agit d’environ 2.700 personnes), parmi lesquels 34 (ex-)mineurs non accompagnés. A côté de cela, 550 familles ont aussi quitté la Belgique en 2016 pour revenir vivre dans leur pays.

50% des personnes accompagnées par Fedasil

Dans les centres d’accueil et les guichets retour, les conseillers de Fedasil ont assuré l’information et l’accompagnement de 50% des personnes retournées en 2016. Les autres candidats au retour ont été accompagnés par nos partenaires.

Tout migrant intéressé par un retour volontaire peut s’adresser à l’un des guichets de Fedasil. En 2016, Fedasil a ouvert à Charleroi son 5ème guichet retour. Les autres guichets sont situés à Bruxelles, Anvers, Gand et Liège.

Des retours à partir de la Tunisie

Depuis 2016, Fedasil collabore avec l’OIM Tunis pour organiser des retours volontaires à partir de la Tunisie. En effet, de nombreux migrants sont bloqués à la côté tunisienne sans autre alternative. D’août à décembre, pas moins de 88 personnes sont ainsi retournées de la Tunisie vers le Congo et l’Afrique de l’Ouest (Guinée, Sénégal, etc.).

Attention : ces chiffres ne reprennent pas les départs volontaires effectués dans le cadre de la convention Dublin vers les pays de l’UE où les migrants ont déjà demandé l’asile (et qui sont organisés par l’Office des étrangers).