Retour volontaire: 10 ans de réintégration

En 10 ans, Fedasil et ses partenaires OIM et Caritas ont soutenu plus de 13.000 migrants dans leur réintégration dans le pays d’origine.

retour volontaire

Ce jeudi 30 mars, Fedasil a organisé à Bruxelles une conférence pour célébrer les 10 ans du programme de réintégration (l’aide supplémentaire au retour volontaire).

L’occasion de revenir sur le travail effectué pour soutenir au mieux les personnes qui décident de retourner volontairement dans leur pays d’origine, mais aussi sur 10 années de collaboration avec nos partenaires : l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM) et Caritas International.

Quelque 120 personnes représentant une trentaine d’organisations ont répondu à notre invitation. Ce moment a aussi permis de mettre en valeur les projets qui améliorent l’information des migrants (comme les 5 guichets retour de Fedasil), la sensibilisation dans les centres, la formation du personnel sur le terrain, l’attractivité du programme et la collaboration avec les autres acteurs locaux (en Belgique et dans les pays de retour).

Plus de 13.000 personnes soutenues
Ces dix dernières années, 35.422 personnes ont choisi un retour volontaire à partir de la Belgique. 13.392 d’entre eux ont reçu un soutien pour se réintégrer dans leur pays, soit 40% des personnes retournées (voir graphique en annexe).

Les principaux pays où les personnes ont reçu un soutien à la réintégration sont la Russie, l’Irak, le Kosovo, l’Arménie et la Géorgie.

Michael Kegels (directeur des services Opérationnels à Fedasil) a rappelé que nous pouvons être fiers du travail réalisé : « La Belgique est un exemple en matière de retour volontaire, un programme social qui fait partie intégrante de l’accompagnement prévu pour les demandeurs d’asile. De nombreux pays étrangers viennent d’ailleurs nous rendre visite pour connaître nos bonnes pratiques. »

Les nouveaux défis se situent désormais au niveau européen, où les enjeux migratoires sont au cœur des débats de l’UE (gestion des frontières, retours volontaires et forcés, migration légale, coopération au développement…). Fedasil compte bien partager son expertise en matière de retour durable dans les pays d’origine.

Réintégration ?
Les retours volontaires sont possibles vers tous les pays du monde. Le soutien supplémentaire pour la réintégration peut être donné dans plus d’une centaine de pays grâce au concours des partenai-res internationaux de Fedasil (l’OIM et Caritas).

La réintégration permet de répondre aux problèmes que rencontrent les migrants à leur retour au pays, tout en permettant aux travailleurs sociaux de proposer des solutions concrètes : le développement d'un micro-business, la rénovation ou location d'une habitation, la recherche d'un emploi, les frais médicaux…

L'accès à la réintégration est dépendant du statut du migrant : pays d’origine, situation administrative et vulnérabilité. Pour plus d’informations : http://fedasil.be/fr/content/aide-la-reintegration