Séjour en centre d'accueil

La Belgique compte une soixantaine de centres d'accueil pour demandeurs d'asile (carte des centres). Ils sont gérés par Fedasil, la Croix-Rouge de Belgique ou un autre partenaire. Ce sont des centres 'ouverts': les résidents sont libres d'entrer et de sortir du centre.

Les centres sont différents l'un de l'autre sous plusieurs aspects: souvent, ce sont d'anciennes casernes, internats ou hôpitaux, parfois ce sont de nouveaux bâtiments préfabriqués ; il en existe des petits (avec 50 places d'accueil) et des grands (le Petit-Château compte plus de 800 places) ; certains se trouvent au centre des villes, d'autres sont situés à la campagne. Toutefois, tous les centres offrent les mêmes services.

  • 'Le gîte et le couvert'
  • Accompagnement
  • Vie quotidienne
  • Intégration dans la communauté locale

Le gîte et le couvert

Dans les centres d'accueil, les réfugiés et demandeurs d'asile reçoivent l'aide matérielle à laquelle ils ont légalement droit. En première instance, cette aide matérielle consiste en un lit, des repas, des installations sanitaires et des vêtements. Les familles dorment généralement dans une chambre séparée, alors que les personnes isolées partagent un dortoir commun.

Le centre d’accueil assure les besoins élémentaires des résidents, mais les résidents lavent eux-mêmes leur linge et veillent à ce que leurs chambres soient en ordre. En outre, ils participent à l’entretien des espaces communs.

Accompagnement

Accompagnement social

Dans les centres d'accueil, chaque demandeur d'asile a droit à un accompagnement social individualisé assuré par un assistant social. L'assistant social fournit des informations quant à la procédure d'asile et analyse avec le demandeur d'asile les conséquences de la décision prise par le Commissariat général aux Réfugiés et aux Apatrides (CGRA). De plus, le demandeur d'asile reçoit également de l'aide pour la gestion administrative du dossier ou l'inscription de ses enfants à l'école.

Accompagnement juridique

Le demandeur d'asile a tout intérêt à solliciter en temps utile l'assistance spécialisée d'un avocat. Ce dernier peut aider le demandeur d'asile à comprendre le déroulement complexe de la procédure d'asile. Cet accompagnement juridique est gratuit. L'assistant social met le demandeur d'asile en contact avec un avocat ou avec un service social. Le demandeur d'asile peut également s'adresser au bureau d'assistance juridique de la maison de justice la plus proche.

Assistance linguistique

Si le demandeur d'asile ne maîtrise aucune de nos trois langues nationales, il peut avoir gratuitement recours aux services d'un interprète pour mieux communiquer avec l'assistant social ou son avocat.

Accompagnement médical et psychologique

Chaque demandeur d'asile a droit aux soins médicaux. Un médecin et du personnel soignant sont liés à chaque structure d'accueil où séjournent les demandeurs d'asile. Outre les soins médicaux, les demandeurs d'asile ont également droit à un accompagnement psychologique. De nombreux problèmes psychiques sont liés aux traumatismes et au stress subséquent. Le médecin peut envoyer le demandeur d'asile vers un service spécialisé.

Plaintes et recours

Tout demandeur d'asile peut introduire une plainte lorsqu'il n'est pas satisfait de sa condition de séjour dans le centre ou des services proposés. Il peut également introduire un recours contre une sanction et contre une décision médicale.

Vie quotidienne

Diverses activités sont organisées dans chaque centre afin d'offrir aux demandeurs d'asile un emploi du temps réaliste : des ateliers, des cours, du sport, l'accès à une bibliothèque, etc. Un espace Internet permet aux résidents de garder le contact avec leurs amis ou leurs familles dans leur pays d'origine.

Scolarité

Comme tous les mineurs en Belgique, les enfants résidant dans un centre d'accueil sont soumis à l'obligation scolaire. La plupart du temps, ils vont à l'école à proximité du centre. Le choix de l'école s'opère en concertation avec les parents. Si possible, les enfants fréquentent d'abord une classe d'accueil permettant de tester leurs connaissances linguistiques et leur niveau d'études et où ils suivent des leçons adaptées. Ensuite, ils sont scolarisés avec les autres enfants dans une classe ordinaire. Dans la plupart des centres d'accueil, les enfants peuvent faire leurs devoirs le soir avec l'aide d'un membre du personnel.

Formations

Les demandeurs d'asile n'ont pas accès au marché du travail pendant les quatre premiers mois de leur procédure d'asile, mais ils ont la possibilité entre-temps de suivre des formations. Ces dernières sont organisées tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la structure d'accueil. Les enseignants peuvent être des membres du personnel mais également des personnes extérieures à celui-ci ou encore des demandeurs d'asile. Parmi les formations les plus courantes, nous pouvons citer les cours de langues, ainsi que les leçons de couture, de cuisine et d'informatique. Ces formations sont orientées tant vers un séjour en Belgique que vers un retour possible.

Services communautaires

Les résidents peuvent exécuter différentes tâches dans le centre d'accueil : le nettoyage des communs, la distribution des repas et l'aide à différents services (vestiaire par exemple). En contrepartie de leurs services pour la communauté, ils reçoivent un supplément à leur argent de poche.

Travail

Tout demandeur d'asile qui n'a toujours pas reçu de décision quatre mois après l'introduction de sa demande, est autorisé à travailler. Dans ce cas, le droit à l'accueil et l'aide matérielle reste valables, mais le demandeur d'asile devra donner une contribution financière s'il séjourne toujours dans le centre d'accueil.

Intégration dans la communauté locale

Initiatives de quartier

Le centre d'accueil organise régulièrement des 'initiatives de quartier'. Ces dernières ont pour but d'intégrer le centre dans son environnement proche.

La plupart du temps, ces initiatives concernent des activités du centre d'accueil auxquelles participent les demandeurs d'asile et des personnes extérieures. Parfois, il peut s'agir de projets de la commune ou d'associations locales dans lesquels les demandeurs d'asile peuvent s'impliquer. Enfin, des journées portes ouvertes ou des actions sont régulièrement organisées pour informer les voisins du centre et les familiariser avec ses résidents. 

Lettre d'info

Trois fois par an, les centres d'accueil rédigent leur propre lettre d'info que les riverains reçoivent dans leur boîte aux lettres. Les lettres d'info informent la population locale sur l'actualité du centre et les activités prévues. Chaque centre d'accueil possède également son propre page web présentant des articles d'actualité et de l'information générale.